Please enable JS

Compte-rendu du club de lecture du 19 janvier 2019 "Femmes connues ou méconnues" à Saint-Auban

Compte-rendu du club de lecture du 19 janvier 2019 "Femmes connues ou méconnues" à Saint-Auban

février 04/pascale/Rencontre

Source images Pinterest

 

Ce ne sont pas moins de treize participants qui se sont rencontrés durant cette journée placée sous le signe de la lecture à Saint-Auban ! Béatrice nous fait le plaisir de nous livrer ici un compte-rendu exhaustif.

Etant très nombreux et la petite bibliothèque de taille modeste, nous avons décidé pour plus de confort d' utiliser la salle du conseil à la mairie... Comme d'habitude beaucoup de plaisir et même de nouvelles présences !

 

FL nous livre la présentation concoctée par ses soins sur le thème des femmes - et les deux annexes s'y rapportant concernant notamment la bibliographie - elle nous parle de l'effet Mathilda qui concerne l'accaparement par un ou des hommes des oeuvres de femmes dans quelque domaine que ce soit. Vous retrouvez les articles de FL dans l'onglet Bibliographie et l'onglet Blog pour les annexes.

MB nous présente d'abord "Mata Hari" de Paulo Coehlo - Avant la lecture de ce roman, elle n'avait qu'une vague idée de cette femme qui aurait été une espionne. Au travers de ce livre, l'auteur la présente plutôt comme une femme d'avant garde - libre - qui aimait le luxe et c'est elle qui nous fait le récit de sa vie.

Puis, elle parle du livre de Jean-Laurent de SOCCONO "Bouddica" - ce roman se passe au temps des romains et  Bouddica est  une reine en titre d'une tribu celte au caractère bien marqué et qui était également une guerrière.

AG nous parle de "Mille femmes blanches" de Jim FERGUS - Ce livre a eu un grand retentissement puisqu'il livre un épisode fort peu connu qui s'est passé aux Etats-Unis lorsque les américains livraient une guerre sans merci aux indiens - en effet un chef indien leur propose de troquer mille chevaux et bisons contre mille femmes blanches !!!! Une proposition insolite qui permettait pour l'un des camp de mettre un terme aux combats qui s'enlisaient et pour l'autre de se débarrasser de certaines femmes dérangeantes pour différents motifs.

La suite de ce roman s'intitule La vengeance des mères... Ces femmes qui avaient été troquées, horrifiées par le comportement sanguinaire de l'armée américaine tournent  le dos au monde dont elles viennent et se rangent aux côtés des Indiens, jusqu'à prendre les armes contre l'État fédéral lancé dans une guerre d'extermination. Comme le premier livre, c'est un hymne d'amour à la culture indienne et aux grands espaces.

MA  a été très interessée par le livre de Mona CHOLET "Sorcières" - L'auteur revisite l'histoire des sorcières dont il ressort qu'il s'agit en fait d'un génocide contre les femmes - ainsi les guérisseuses faisant de l'ombre aux médecins de l'époque ... Ou d'autres qui étaient supposées représenter un contre-pouvoir au pouvoir en place.

Une discussion s'engage entre les différents participants autour de la place de la femme dans la société contemporaine - entre le droit de vote acquis il y a à peine 70 ans - et la suppression du joug masculin en matière bancaire - les avancées sont certaines mais peuvent être précaires - rien n'est jamais acquis ...

M.THE présente le livre de Laeticia COLOMBANI "La Tresse" - Ce roman a reçu diverses récompenses  - son originalité réside dans le fait qu'il raconte de façon concommitante l'histoire de trois femmes différentes de par leur âge - leur origine sociale - et leur localisation dans le monde. Une  mère intouchable qui habite en Inde - une célibataire qui est à la tête d'une petite entreprise en Sicile - enfin une autre mère - femme à qui tout a reussi dans le monde des avocats au Canada... Chacune d'entre elles va être confrontée à un évènement qui les conduit à se révolter contre leur condition. Le style de l'auteur change selon qu'elle évoque l'une ou l'autre de ses femmes ce qui donne un récit très vivant.

M.P "Le Bon coeur " de Michel BERNARD : le lecteur est plongé dans le quotidien de Jeanne d'Arc avec des cartes à l'appui - on peut suivre la progression de Jeanne d'Arc sur le terrain.... Âgée seulement de 17 ans, il est étonnant qu'elle ait pu s'imposer aux soldats qu'elle commandait - le récit est imaginaire.

J.I Changement de sujet avec "Vers l'Ouest avec la nuit" de Béryl BERKHAM - Autobiographie qui permet de plonger dans  le vécu de l'auteur qui a passé son enfance en Afrique au début du siècle dernier - une Afrique presque vierge et authentique. Elle y a passé des années en toute liberté et autonomie - aucun carcan ne l'assujetissait - très discrète par ailleurs sur sa vie amoureuse qui aura été mouvementée - elle a été la première femme entraîneur de chevaux de courses - puis dans les années trente a voulu apprendre à piloter un avion - elle accomplira toute seule une traversée de l'Atlantique nord en 1936 entre l'Angleterre et le continent américain et réitèrera son exploit à diverses reprises.

BRP "Une femme" d'Anne Delbée  - L'exemple type de l'effet Mathilda dont a été victime Camille Claudel - sculptrice de génie et visionnaire. Dès l'enfance, elle sait ce qu'elle veut faire - elle est soutenue par son père et le sera jusqu'à la mort de celui ci - par contre sa mère la déteste cordialement - son frêre Paul Claudel avec qui elle partageait la passion de l'art sera ambivalent pour cette grande soeur qui l'adore et se montrera ainsi sous un jour qui ne le grandit pas car il signera son internement psychiatrique - elle a une plus jeune soeur dont le but principal pour se réaliser est le mariage... Camille a toujours montré une certaine indépendance et une liberté de langage ce qui est réprehensible pour la société d'alors - même sa rencontre avec RODIN son maitre et son amant ne lui procurera aucun équilibre - il apparait qu'il a profité d'ailleurs de son talent...voir le résumé complet dans l'onglet "Notes de lecture"

NG présente Olympe de Gouges de Sophie MOUSSET - Une femme  d'une très grande beauté - de basse extraction qui a réussi à s'élever au temps de la révolution - qui a épousé d'ailleurs les idées révolutionnaires puisque très avant gardiste  tout en étant attachée à la personne du roi. S'apercevant que les femmes étaient ignorées dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, elle a concocté une déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Lorsqu'elle parait les élus de la Révolution accueillent d'un très mauvais oeil l'esprit d'indépendance dégagée par cette déclation et ont vu en son auteure une ennemie du peuple qu'il était urgent de supprimer. Après Marie-Antoinette, ce sera la deuxième femme à monter sur l'échafaud. Elle a prononcé une phrase restée célèbre: "Si une femme peut monter à l'échaffaud, elle peut monter à la tribune".

NT : La biographie de Isabelle Eberhadt - la vie d'une aventurière qui fut reporter de guerre durant la première guerre mondiale - née en Suisse, elle a eu une enfance avant gardiste - elle suit sa mère lorsque celle-ci va .s'installer en Algérie - elles vivent dans les quartiers populaires. Isabelle est attirée par la religion musulmane et elle se convertit. Elle décide de vivre en costume d'homme musulman. Elle a rencontré le général Lyautey qui a dit d'elle " Trouver quelqu’un qui est vraiment soi, qui est hors de tout préjugé, de toute inféodation, de tout cliché et qui passe à travers la vie, aussi libérée de tout que l’oiseau dans l’espace, quel régal ! » Elle décède accidentellement quelques années plus tard.

M.R : nous parle de Fabienne VERDIER artiste contemporaine au travers de sa biographie "Passagère du Silence". Au début des années 1980, cette jeune femme quitte la France pour s'immerger en Chine à la recherche de techniques ancestrales relatives à la calligraphie - elle ignore tout de la langue et déploiera des trésors de patience et d'imagination pour pouvoir approcher un grand maitre reconnu de la calligraphie. Une peinture sans concession de la vie en Chine à cette époque sous le signe de la révolution culturelle .. Style léger ponctué d'anecdotes humoristiques

FL  :"l'Allée du Roi" de Françoise CHANDERNAGOR. L'auteur au travers de la grande correspondance de Mme MAINTENON - née Françoise d'Aubignée (petite fille du grand Agrippa d'Aubigné) de petite noblesse contestée par ailleurs - nous dépeint cette femme d'une grande beauté qui en sa jeunesse était surnommée la "belle indienne" ayant vécu quelques années aux Antilles. Epouse de Scarron - célèbre dramaturge en son temps, elle acquiert une grande culture. Elle aura un parcours hors du commun - elle cotoyera les plus grands du siècle du Roi Soleil qu'elle épousera en secret et deviendra  ainsi reine. De par ce statut ,elle aura un regard sur les affaires de l'Etat, sans doute moins que ce que l'histoire lui impartit. Louis XIV travaillait énormément - il était entouré de conseillers et ministres mais ne suivait pas toujours leurs avis - il est donc fort probable que même s'il éprouvait un sentiment très fort pour elle, il conservait toute sa liberté de décision. Un très beau portrait de femme qui a réussi à conquérir un roi.

NG nous parle de " La Clandestine du voyage de Bougainville" de Michèle KAHN. Cette passagère clandestine a pour nom Jeanne BARET - l'histoire est inspirée d'un fait réel. S'étant déguisée en homme pour pouvoir s'embarquer au nez et à la barbe de Bougainville et de son équipage, Jeanne Baret sera ainsi la première femme à faire le tour du monde en bâteau. Elle sera découverte plusieurs semaines plus tard mais ne sera pas débarquée comme il était coutume alors, étant botaniste et guérisseuse, elle avait toute son utilité dans cette expédition. Cette histoire romancée remonte à 1766.

A.G dévoile "Dans quelle France on vit" d'Anne NIVAT.  L'auteur a été  reporter de guerre, familière des conflits en terres syrienne, irakienne, afghane ou tchétchène, Anne Nivat porte pour la première fois son regard sur l'Hexagone. ... et applique en France, les mêmes règles utilisées lors de ses reportages précédents. Elle vit au plus près des personnes interrogées et nous fait partager le coeur de la France avec toutes ses problématiques.

M.Thé nous fait découvrir "Désorientale" de Négar DJAVADI. Rien que dans le titre, véritable jeu de mots, soit on penche vers la désorientation  - soit vers l'abandon de l'Orient.. Le lecteur l'interprètera selon sa sensibilité et peut être son propre vécu.On y rencontre une famille d'iraniens sur trois générations et la  parole est donnée à une iranienne qui raconte sa vie et la quête de son identité, et de façon plus intime sa vie sexuelle. Cette jeune femme exilée en France tente de surmonter le déracinement et s'occidentalise à sa manière, avec humour, liberté et intelligence.De par les patronymes nombreux et complexes, le début de lecture apparait assez difficile mais au fil des pages le puzzle se met en place et on plonge dans ce récit.

J S : Rebondissant sur la reporter de guerre nous parle à bâtons rompus  de Memouna Intermann - elle aussi grand reporter de guerre au Liban et au Yemen.. qui a rencontré en Lybie le Colonel KADHAFI.

BRP "MADAME EINSTEIN" de Marie BENEDICT Si l'on connait, bien entendu Albert EINSTEIN, et sa théorie de la relativité qui connait son épouse Miléva MARIC ? Alors qu'elle fut un rouage essentiel dans les travaux de son mari. C'était une mathématicienne hors pair - victime d'un léger handicap. Son père l'avait poussée dans de hautes études car sa famille pensait qu'elle ne pourrait se marier et avoir des enfants. Elle est entrée à l'institut de polytechnique de Zurich en Suisse - où par ses dispositions exceptionnelles - elle battait à plate couture ses camarades de classe dont Albert. Il semble à la lecture du roman que ce soit par intérêt qu'il se soit rapproché de Mileva. Il lui écrit des lettres enflammées - va même parler de mariage en lui faisant miroiter qu'ils seront un couple moderne - un peu comme Pierre et Marie Curie - hors de question qu'elle se cantonne à des tâches ménagères, non! Elle sera son égale et sera associée à leurs découvertes...Ce sont des promesses qu'il ne tiendra jamais - son comportement est fait de brimades, d'abord en privé puis carrément en public... Mileva en a assez de ce pervers narcissique et demande le divorce lorsque les violences physiques arrivent...

JS Indique pour compléter la personnalité d'Albert EINSTEIN, l'existence d'une série telévisée qui va dans le sens du roman de Marie Benedict  - et suggère de lire un livre de Laurent SEXIC toujours sur le même sujet "On m'appelle Mme EINSTEIN".

 

Après ce bel échange, une courte pause s'impose avant de continuer avec l'atelier de jeux d'écriture animé par Mendy Raynaud.

 

 

 



RELATED POSTS


Commentaires/ 0


LEAVE A COMMENT

Categories