Please enable JS

- Le joueur

NOTE DE LECTURE

AUTEUR: Dostoievski

DATE: 01 mars, 2017

CATEGORIE: Romans

EDITEUR: Garnier Flammarion

 

Cette critique nous est envoyée par Madame Nicole Gibert de Saint-Auban.

 

Ce roman, en grande partie autobiographique, dépeint une société décadente de l’aristocratie européenne de la seconde moitié du 19ème siècle. Dans une ville d’eau thermale où se rencontrent et se côtoient de multiples  des nationalités, se dessinent des préjugés assez caricaturaux sur chacune d’entre elles.

Le récit se déroule dans une ville imaginaire,  Roulettenbourg où se trouvent un général russe veuf, sa suite composée de Paulina, ses deux enfants, et  d’Alexis le précepteur. Le général désargenté est dans l’attente de l’héritage d’une grand-mère très riche, qu’il imagine à l’article de la mort. Autour d’eux gravitent toutes sortes de personnages intéressés,  Melle Blanche en quête de fortune, sa mère, une soi-disant Comtesse, un Anglais M. Astley, et un Français, le comte Des Grieux.

Dans l’hôtel où tout ce beau monde est descendu, des intrigues se nouent. Alexis, confident  de Paulina en est amoureux fou. Elle le mène par le bout du nez. Paulina a deux autres prétendants,  le beau Français marquis doté d’un bel esprit, et l’Anglais timide et sentimental,

Melle Blanche veut  bien épouser le général qui se meurt d’amour pour elle… seulement  s’il hérite de la fortune de la grand-mère.

Chaque jour le général, ses créanciers, Paulina, Melle Blanche sont  dans l’attente d’un télégramme de Pétersbourg, confirmant le décès de la vieille femme quand, à la stupéfaction générale, elle fait une arrivée  fracassante à l’hôtel, entourée de ses serviteurs et d’une multitude de valises et de coffres. Alors que tous la croyaient agonisante elle apparait en pleine forme après un très long voyage, toujours aussi alerte, agressive, parlant haut, criant, commandant tout le monde.

Aussitôt arrivée, elle veut connaitre toutes les personnes qui gravitent autour du général.  Elle lui  annonce qu’elle ne lui donnera pas un sou ! C’est une grosse déception pour tous ….

 Cette vieille femme vivace, autoritaire et fantasque, ne souhaite pas se rendre aux eaux thermales, mais par contre elle demande à Alexis de l’accompagner au casino et  de la conseiller.

Elle se prend immédiatement au jeu de la roulette.

Qu’adviendra-t-il de tout ce beau monde ?

 

Dans la préface de Dominique Fernandez, on apprend qu’en 1862, Dostoïevski, à 41ans, réalise son 1er voyage en Europe. Harcelé par des soucis d’argent, il est séduit par la possibilité de devenir richissime en quelques mises heureuses dans les maisons de jeux. Il gagne, perd, regagne, reperd. C’est alors qu’il est happé par l’engrenage infernal qui ne le lâchera plus pendant une dizaine d’années. Quelques mois après ce 1er voyage, follement épris de Pauline, il quitte la Russie pour la rejoindre à Paris. En dépit de sa hâte à la retrouver, il décide de s’arrêter en Allemagne pour quelques heures, afin de gagner un peu d’argent.  Il y reste plusieurs jours, esclave du jeu qui devient une passion, au point de lui faire oublier Pauline. L’intrigue du Joueur, écrite quelques années plus tard, reflète sa situation personnelle, comme dans le roman le héros Alexis (son double autobiographique).

Criblé de dettes, dans une situation désespérée, il signe en 1865  avec l’éditeur Stellovski un contrat draconien contre trois milles roubles.  Dostoievski  lui cède le droit de publier ses œuvres complètes, avec promesse de remettre un roman inédit avant le 1er novembre 1866.  Si l’ouvrage  n’est pas livré à temps, il perdra tout droit sur ses œuvres complètes. Le 1er octobre il n’a pas encore écrit une ligne. Il engage alors  une jeune sténographe à qui il dicte Le Joueur, entre le 4 et 29 octobre puis, le 15 février de l’année  suivante, il l’épouse !