Please enable JS

- Une femme d'Anne DELBEE - par Beasihono

NOTE DE LECTURE

AUTEUR:

DATE: 06 février, 2019

CATEGORIE: Romans

EDITEUR: Le livre de Poche

 UNE FEMME d'Anne Delbée

Anne Delbée est une metteure en scène, écrivain et comédienne française. Elle a mis en scène 60 spectacles pour le théâtre et l'opéra.

Ce roman est paru au début des années 80, où il a connu un véritable succès et a participé à la redécouverte de l'œuvre de Camille Claudel, injustement oubliée par l'histoire, éclipsée par son frère, Paul Claudel, et surtout par son maître sculpteur et amant, Auguste Rodin.

J'ai adoré ! Plusieurs facettes sont étudiées dans ce roman. Une société corsetée avec des à priori qui ont heureusement évolué même si parfois, on en doute ... L'histoire d'amour que Camille a entretenu avec Rodin, son maître. Les relations qu'elle entretenait avec ses proches. Sa mère qui, depuis sa naissance, la détestait (ce qui a surement créé de véritables failles). Son père qui l'adorait et était un appui indéfectible jusqu'à ce qu'il meure. Son frère avec qui elle partageait cet amour pour l'art mais dont l'attitude était particulièrement détestable puisqu'il signa son internement. Sa sœur, son opposée, qui n'attend que le mariage…

Quant à Rodin auprès duquel elle aurait pu trouver une certaine stabilité, il est marié. Plus de 20 ans les séparent, Camille a 19 ans, lui 42. A cela, s'ajoute une fausse couche à 6 mois de grossesse. Seule, reléguée en Touraine par le sculpteur qui voulait taire cette grossesse au tout Paris, elle ne s'en remettra jamais et rompra avec Rodin juste après. Une Camille qui a été aimée, rejetée, calomniée, brisée mais une sculptrice hors pair, visionnaire et inimitable qui dérangeait par sa conduite, son franc parler et bien entendu son génie. Un génie inconcevable à cette époque où la place d'une femme était à la maison et dévouée à sa famille. Donc, sa condition de femme sera toute sa vie un obstacle à sa création.

On la rejette… Puis recommandée par Rodin, on l'encense. Après leur rupture, on l'oublie. On lui commande des bustes mais on ne la paye pas. Ce n'est qu'une femme après tout. Vivant seule, honte suprême, Camille s'enfonce dans la dépression et la paranoïa. Elle est endettée, vit dans une misère effroyable, fugue la nuit. Sa famille l’a fait finalement interner contre son gré et elle y restera durant tout le reste de sa vie. Sa mère et sa sœur ne la visiteront jamais. Son frère douze fois en 30 ans.

Le livre est parsemé d'extraits de lettres poignantes que Camille envoie à son frère depuis l'asile. Je ne peux m'empêcher de penser que ce sont les lettres d'une femme lucide. A notre époque, un diagnostic de dépression lié à toutes les épreuves subies aurait été posé et elle aurait pu s'en sortir avec un traitement et une thérapie… En 1913, on interne tout simplement… Pendant 30 ans… Jusqu'à ce que mort s'ensuive...