Please enable JS

- Alternative facts - ouverture d'une discussion

- Alternative facts - ouverture d'une discussion

septembre 12/Virginie/

Source image : Pinterest

Certains n'ont pas bien compris l'explication d'F.L. La voici ci-dessous, vous pouvez en discuter !

"Le mot anglais « alternative » n’a pas d’équivalent en français. Ce que je propose (j’admets la contradiction ! je dirais même que je la souhaite !), c’est ceci : le mot à mot ne donnant rien, il faut voir le sens. Fournir au public des « alternative facts », ce n’est pas un choix qu’on lui donne entre différentes versions d’un fait. Ce n’est pas non plus le transformer, le « travestir », le réduire ou l’amplifier pour le rendre acceptable. C’est à proprement parler donner au public un fait ou un ensemble cohérent de faits qui peut être aussi probable que l’autre. Qui aurait autant de chances que lui d’être la réalité. Un peu le thème du livre analysé par Liliane. Napoléon est mort à Ste Hélène et l’aventure s’arrête là : fait brut et premier. Napoléon n’est pas mort à Ste Hélène et l’aventure continue : « alternative fact ». La proposition « Napoléon n’est pas mort etc » est un ensemble cohérent (peut-être un peu risqué mais c’est une autre question) qui est aussi probable que l’autre. C’est une technique devenue courante dans les Etats totalitaires. On ne nie pas la réalité, on en invente une autre. Dans « 1984 » -et c’est pour ça que ce bouquin est affolant-, on modifie jusqu’aux archives pour faire la manipulation. C’est le travail de W. Smith, entre autres."

 



RELATED POSTS


Commentaires/ 11

  • Portrait de F.L.
    F.L. (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Bon, je veux bien ré-écrire ma copie. Peut-être que les râleurs seront enfin satisfaits. Ce qui m’ennuie, c’est que les paragraphes et les gras soulignés vont encore sauter et que ça va être un gros tas pâteux comme d’hab !!! Virginie ! fais un effort ! que mes efforts servent à quelque chose ! L’expression « alternative fact » n’a pas d’équivalent en français. Les mots les plus proches seraient « duperie », « contre-vérité », « fausse nouvelle » ou propagande ou manipulation. Mais les mots français ne donnent pas la nuance exacte de l’anglo-américain. Dans notre langue, une alternative est comme une paire de ciseaux : deux lames, deux « branches ». Ses branches sont deux propositions entre lesquelles on peut choisir. Exemple d’alternative : « je poursuis mes études » / « je commence une vie professionnelle ». Donc en français, l’expression si souvent entendue « (n’ayant pas les moyens de poursuivre mes études,) je choisis l’autre alternative » est inadéquate et incorrecte. On doit dire : « je choisis l’autre terme de l’alternative ». Sinon, on indique à l’interlocuteur qu’on a le choix non entre les deux propositions/termes d’une seule alternative mais entre deux alternatives, donc quatre propositions/termes ! (par exemple : 1ère alternative. « je poursuis mes études » / « je commence une vie professionnelle » + 2ème alternative. « je pars sur la route avec un sac à dos » / « je chante dans les cours »…) Dans l’expression anglo-américaine, il reste une trace de cette balance entre deux propositions mais elle n’est plus fondamentale. Elle cède le pas à la notion d’altérité. L’« émetteur » de l’« alternative fact » invente une autre réalité. Il ne se donne pas la peine de nier la réalité ou de la transformer. Il la bâtit, il la construit de toutes pièces, avec de faux témoignages, de fausses traces, de faux textes, de fausses images. C’est l’alternative fact. La duperie, la tromperie. Emettre des « alternative facts », ce n’est pas donner au public à choisir entre deux (ou plusieurs) versions d’un fait brut et premier (ou d’un ensemble de faits). Ce n’est pas non plus rendre ce fait acceptable en le « travestissant», en le réduisant ou en l’amplifiant. Exemple : « Napoléon est mort à Ste Hélène et son aventure s’arrête là » : fait brut et premier, tel qu’on a pu le constater. « Napoléon n’est pas mort à Ste Hélène et son aventure continue » : alternative fact. Qui est l’« émetteur » ? qui fabrique et diffuse des « alternative facts » ? (en dehors des romanciers, bien sûr !) Eh bien, un gouvernement ou même un puissant groupe de pression sans scrupules, qui a les moyens matériels de construire la duperie de toutes pièces. A proprement parler, on donne au public un fait (ou un ensemble cohérent de faits) qui peut être aussi probable que le fait brut et premier. Qui aurait autant de chances que lui d’être la réalité. L’affirmation « Napoléon n’est pas mort et son aventure continue » est un ensemble cohérent (peut-être un peu risqué mais c’est une autre question) qui est aussi probable que l’autre affirmation « Napoléon est mort et son aventure s’arrête là ». Je dis bien probable et non réel ou vrai. C’est une technique de « manipulation » que les Etats totalitaires ont développée et privilégiée, mais qui existe depuis l’antiquité et s’est répandue aussi vite que l’invention de la poudre. Elle fait partie des méthodes de ce qu’on appelle aujourd’hui la « désinformation ». Cette dernière est devenue une véritable science de la guerre psychologique. Comme le dit très bien Papaye dans son commentaire sous le PV de Béasihono, on peut « égarer » la mémoire collective. D’autant plus facilement que l’informatisation a tout envahi. Dans le roman de George Orwell publié en 1949, le travail de W. Smith était de ré-écrire les archives. Les ordinateurs n’étant alors qu’à leur premiers balbutiements, il ne pouvait utiliser que des moyens assez sommaires et ses falsifications devaient être assez facilement décelables. Mais aujourd’hui, quoi de plus facile pour un Etat manipulateur de faire disparaître ce qui le gêne et donner une autre version de la réalité ? C’est bien plus facile et confortable que de nier à tour de bras et de s’exposer à la contradiction.

  • Portrait de Virginie
    Virginie
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Ah !! désolée je "n'ai pas la main" pour mettre en forme les commentaires !

  • Portrait de FL
    FL (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    En l'occurrence, il ne s'agit pas de "mettre en forme" mais de la conserver ! c'est illisible ! au moins, garde les espaces !

  • Portrait de Virginie
    Virginie
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Bonjour FL ! Mais c est bien ce que je dis.... Je ne peux pas non plus garder les espaces !! Quand tu mets ton commentaire en lign, tout " s'ecrase" et il m est impossible de revenir dessus :-/

  • Portrait de Virginie
    Virginie
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Bonjour F.L. c'est vraiment très intéressant, comme je le disais l'autre jour, je ne connaissais absolument pas ce terme ni l'existence de tout ça ....

  • Portrait de Pierre
    Pierre (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Bon ! n’en jetez plus ! j’ai compris ! je fais amende honorable ! et pour prouver que je suis sincère, je vais lire « 1984 », qui m’était apparu d’abord assez rebutant. Je crois en effet, à présent, qu’il est d’une actualité brûlante (si j’ose dire s’agissant d’autodafés ! AH AH comme dirait MES !)

  • Portrait de Bent'ji
    Bent'ji (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    tu pourrais aussi remercier FL qui s’est tapé de reprendre tout son commentaire pour que des gros malins dans ton genre comprennent enfin ce qui était parfaitement compréhensible dès le départ si on faisait un peu attention. On le sait bien que FL ne délaie pas. Alors on prend un peu de temps pour la lire. Certainement moins qu’elle pour écrire !

  • Portrait de Amélie
    Amélie (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Si l'analyse de FL est bonne, c'est effectivement ahurissant et plus qu'inquiétant que le porte parole de l'un des états les plus puissants du monde ait sorti un mot pareil. On l'a limogé et remplacé par un autre moins naïf ? on a démenti ?

  • Portrait de Bent'ji
    Bent'ji (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Pour répondre à l’émotion légitime d’Amélie : le « passage à la trappe » des porte-paroles des gouvernements sont toujours d’une extrême discrétion, ici, ailleurs et partout ! vous vous rappelez ce qu’un qualificatif de « meuf » mal venu a coûté à un espoir de la communication ? Question à dix balles : Quels media en ont parlé ? Et pour répondre à Pierre : Tu ne crois pas si bien dire ! une personnalité politique (dont j’ignore le nom et les titres) a prononcé ces jours-ci une phrase inoubliable : « Il faut en finir avec la novlangue ! ». Je me demande s’il savait de quoi il causait !!!

  • Portrait de MES
    MES (non vérifié)
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    AU SECOURS ! Virginie ! c'est le bazar ! OUSKE j'écris mon comment sur la note de lecture de Pierre sur Traficafricque ? La chaise rouge est pleine, la bleue aussi et elle est trop loin, il faut aller en page 4 pour la retrouver, la vieille guimbarde ousque j'écris mon cri de souffrance est bourrée aussi et de choses vachement sérieuses en plus ! je vais encore me faire incendier si je trouble de si augustes propos ! PAR PITIE, une chaise ! ou un fauteuil ou même un tabouret !! Taka feuilleter ton album de photos jolies, je ne te demande pas de te coller un autre lumbago en coltinant des meubles, pauvre Générale des Anges bloquée !!!! tu vas mieux ou il faut que je t'envoie Jasmin et ses huiles essentielles ?

  • Portrait de Virginie
    Virginie
    sep 12, 2017, 14:49-répondre

    Bonjour MES !! Ha Ha promis je vais installer un bon fauteuil pour discuter de la note de lecture de Pierre .... mon dos va mieux merci ça fait du bien de pouvoir mettre à nouveau un pied devant l'autre :-)


LEAVE A COMMENT

Categories
Notes de lecture